Comment déterminer le moment « idéal » pour quitter son emploi?

Par Fanny Smolsky, conseillère d’orientation organisationnelle et Amélie Lesage-Avon, conseillère d’orientation chez BrissonLegris.

Il n’est pas rare de rencontrer des personnes en questionnement profond concernant leur choix de carrière. En effet, lorsqu’il est question de se maintenir en emploi ou de retourner dans un environnement de travail qui nous démotive et nous rend inconfortable, il est primordial et pertinent de s’interroger.

Plusieurs d’entre vous ont probablement ressenti à un moment ou un autre de leur carrière un sentiment d’insatisfaction. Dans ces moments, certains signes peuvent témoigner de cet état tel que; la tristesse, le sentiment de désengagement, l’impression que tout nous tombe sur les nerfs, le syndrome du dimanche soir, le retour de vacances difficile, pour ne nommer que ceux-ci. Lorsque ceux-ci persistent dans le temps, il est nécessaire de se confronter à cette question :

Combien de temps doit-on endurer une situation professionnelle qui ne nous satisfait pas avant de faire le saut vers un autre poste ou encore une autre carrière?

Évidemment, il n’y a pas de réponse unique à cette question complexe. En effet, la tolérance à l’inconfort est propre à chacun. Bien qu’il soit naturel de se comparer à ses collègues et amis afin de nous aider à trouver des réponses. Vous pourriez avoir tendance à vous dire : « Mes collègues de travail semblent heureux, je devrais arriver à m’adapter également » ou encore « Des personnes de mon entourage sont insatisfaits au travail et demeurent tout de même dans leur emploi ». Ces comparaisons ne permettent pourtant pas de trouver des réponses concernant votre propre avenir professionnel.

Aussi, le besoin de sécurité sont non négligeable lorsque l’insatisfaction se fait ressentir. La fameuse prison dorée, offrant des avantages sociaux intéressants, des conditions de travail avantageuses (proximité, salaire) ou encore le prestige associé à l’emploi ou l’employeur sont des éléments à considérer avant de prendre une décision. Finalement, la crainte associée à un départ est souvent un motif pour retarder le moment d’affirmer un besoin de changement dans sa carrière. Mais à quel prix?

En effet, la balance entre l’inconfort et la sécurité qu’offre un emploi est souvent au cœur de ce type de décision. Face à tel dilemme, voici une liste de questions pouvant vous aider dans votre réflexion :

  • Depuis combien de temps vivez-vous ce sentiment d’inconfort au travail?

  • Quelle est la source de cet inconfort?

  • Est-ce la première fois que vous vivez ce type de démotivation professionnelle?

  • Avez-vous de l’emprise sur ce qui doit changer?

  • Quels sont les éléments qui permettraient d’améliorer la situation? Sont-ils réalistes et accessibles?

  • Est-il possible d’exprimer mes insatisfactions au travail?

  • Sentez-vous une détérioration importante de votre état ou votre humeur? Est-ce que cela a un impact sur votre vie personnelle et professionnelle?

N’hésitez pas à vous questionnez régulièrement ces questions afin d’observer les changements dans vos réponses. Elles vous permettront de prendre le pouls concernant vos besoins. En cas d’impasse et de doutes, le conseiller d’orientation pourra vous aider à prendre conscience de vos sentiments et de vos enjeux afin de vous accompagner dans vos réflexions. Le conseiller d’orientation pourra vous permettre d’identifier les réponses à : suis-je prêt à rester en toute connaissance de cause et quelles sont les conséquences possibles si je fais le choix de rester? Il pourra vous accompagner dans cette prise de décision complexe.